Les Gouttes de Dieu

Vous savez certainement que le pays du Soleil levant accorde une place importante dans sa culture aux mangas, mais aussi au vin. Un jour, Tadashi Agi et Shu Okimoto se sont associés pour réunir ces deux ingrédients dans une seule œuvre, les Gouttes de Dieu. Et ça fonctionne : plusieurs millions d’exemplaires vendus à travers le monde, 29 volumes déjà parus en version originale, et cerise sur le gâteau, l’honneur d’être considéré comme le meilleur livre au monde sur le vin au Gourmand World Cookbook Awards 2009. Honnêtement je n’ai jamais vraiment aimé les mangas, à cette exception où j’ai immédiatement accroché à l’histoire. Je me devais donc d’en parler ici.

« Maître Kanzaki a décrit 12 grands vins choisis par ses soins, ainsi qu’un treizième, son vin idéal, qu’il a appelé les « Gouttes de Dieu ». »

Tout commence lorsque disparaît un éminent œnologue nippon, Yutaka Kanzaki, laissant derrière lui une gigantesque collection de vins. Le problème, c’est qu’il ne souhaite pas que celle-ci termine entre les mains de son fils Shizuku, qui n’a jamais eu d’intérêt pour cette boisson. Une semaine avant sa mort il va alors adopter Issei Tomine, un jeune œnologue reconnu. Ainsi, les deux frères vont être provoqués en duel pendant une année, dans laquelle ils devront se lancer sur les traces de douze apôtres (des vins de grands crus) ainsi que le plus grand de tous, les fameuses gouttes de Dieu. Celui qui triomphera sera désigné comme l’héritier de maître Kanzaki. Shizuku ne partira pas désarmé, et comprendra rapidement que son père l’avait formé depuis toujours à apprécier le monde merveilleux du vin. On n’échappe pas à son destin.

En recherchant les apôtres, Shizuku et Issei vont faire face à de nombreuses (parfois périlleuses) épreuves, qui les mettront sur la piste du précieux sésame. Ils pourront compter sur l’aide de leurs amis, leurs collègues et leurs rencontres inattendues pour mener à bien leur quête.  Ils voyageront aux quatre coins de la planète, à la découverte de vins pas seulement français, mais aussi allemands, italiens, japonais ou encore néo-zélandais. Vous en saurez plus sur les grands noms du vin, vous enrichirez votre vocabulaire technique et vos connaissances de l’histoire des vignobles, vous comprendrez les différences qui expliquent la nature d’un vin, son prix, la meilleure façon de le déguster… Et bien entendu, vous saurez ce que représentent les 12 apôtres.

« Un corps où l’on sent une touche de café fumé, on dirait… une nuit d’été à Madrid… »

Les Gouttes de Dieu, c’est une œuvre qui se veut à la fois instructive et divertissante. Depuis un bon bout de temps j’ai de plus en plus d’intérêt pour le vin, et j’ai enfin trouvé la meilleure approche pour me lancer. Même s’il est arrivé que certains tomes soient moins passionnants que d’autres, je n’ai pas eu le sentiment de perdre mon temps en le lisant, au contraire. Surtout qu’à la fin de chaque ouvrage se trouve un petit manuel qui complétera de façon plus didactique ce qu’il n’a pas été possible d’inclure dans le scénario. Nous ne sommes qu’à mi-chemin de l’aventure, mais je n’ai qu’une seule hâte : voir ce que les deux auteurs nous réservent.
Indépendamment de cela, ce qui m’a frappé en refermant le premier tome, c’est que des Japonais m’apprennent des choses sur les produits du terroir de mon propre pays. Et les spécialistes s’accordent sur ce point : ils le font plutôt bien. Il faut également reconnaître que leur description du vin est tellement convaincante que l’on voudrait se mettre dans la peau des personnages pour le déguster à notre tour. Un peu comme dans Le parfum de Patrick Süskind.

Enfin, je dirais que c’est un grand cru délicieux qui fera forcément parler de lui à l’avenir, et que je recommande de bon cœur à celui qui s’intéresse un tant soit peu au vin.