Les cinémas mobiles auront-ils raison des excès des exploitants de salle ?

Dans le cadre d’un article du Nouvel Observateur (ex-Rue89) intitulé Pour ou contre la pub au cinéma ?, j’ai fait part dans un commentaire de ma courte expérience dans le domaine des cinémas mobiles.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/93/Fratelli_Lumiere.jpgLes frères Lumière, contributeurs à l’amélioration de l’expérience cinématographique (Riana/wikipedia)

C’est depuis que j’ai payé ma place treize euros en tarif réduit, et que je me suis coltiné pas moins de vingt-cinq minutes de publicité dans le complexe flambant neuf d’un grand exploitant français, que j’ai cessé d’y mettre les pieds. Et en plus, il fallait se dépêcher de choisir son siège sur Internet…

L’année dernière, une petite révolution s’est produite lorsque j’ai redécouvert le cinéma mobile du patelin. Et, ô joie, pour quatre ou cinq euros la séance (cinq ou six pour les films en 3D), on a la possibilité de voir un ou deux films par mois. Il y a parfois le dernier blockbuster américain, un dessin animé en plus pendant la période des fêtes de fin d’année, un documentaire sur Pierre Rabhi, ou encore la dernière production française, qu’elle soit sans prétention ou non.
Et c’est ainsi que tout le monde trouve son compte et passe un excellent moment. Personne ne se goinfre de pop-corn, les sièges sont plus confortables qu’avant, il y a un tirage au sort avant le début de la séance pour remporter des places pour la prochaine séance, on est en comité restreint (de quarante à cent en général, ce qui est honorable pour une ville de 2800 habitants) mais tout le monde ou presque se connait et l’ambiance est chaleureuse. On peut même y aller en covoiturant avec son voisin, voyez-vous. Enfin, cerise sur le gâteau, la séance commence immédiatement puisqu’il n’y a pas de publicité.

Je pense donc qu’il faut soutenir ce concept, le seul à même de redonner aux salles obscures leur côté populaire d’antan, et qui est bénéfique non seulement pour la viabilité du septième art à long terme (car ces tarifs plus décents et plus équitables sont plus accessibles à beaucoup plus de monde), mais aussi pour signifier à cette industrie des multiplexes qu’on en a marre aussi bien de l’engraisser, que de son discours hypocrite au sujet du téléchargement illégal.

Et vous, avez-vous déjà fait l’expérience des cinémas mobiles ? Qu’en pensez-vous ? Selon vous, ce concept peut-il s’imposer comme une alternative viable aux multiplexes devenus moins accessibles ?