« Je voulais vivre intensément et sucer la moelle de la vie »

Richard ProennekeRichard Louis « Dick » Proenneke

Bien avant Christopher McCandless, héros tragique qui a inspiré le livre Into the Wild de John Krakauer et son adaptation cinématographique, d’autres individus se sont laissé tenter par une vie rudimentaire au plus près de la nature, que ce soit au fin fond de l’Alaska ou dans le Massachusetts, au bord de l’étang Walden.
Richard Louis Proenneke, également connu en tant que Dick Proenneke, a quant à lui préféré l’Alaska, où il s’est installé près des Twin Lakes… Il est des hommes qui sortent de l’ordinaire. De toute évidence doué de ses mains, il a servi comme menuisier à l’armée au cours de la seconde guerre mondiale. Bien des années plus tard, en 1968, ses compétences dans le travail du bois lui furent de nouveau utiles alors qu’il construisait sa cabane à partir de matériaux qu’il récupère dans les environs. Pendant trente-cinq années, Dick Proenneke va vivre en quasi-autarcie dans sa maisonnette, qui s’assimile peu-à-peu au décor naturel. Son quotidien, outre les tâches récurrentes, est consacré aux promenades et à approfondir ses connaissances de l’écosystème local.
Chapeau bas à cet homme libre qui était un véritable artiste et qui a mené sa vie comme il l’entendait. Le bonheur se trouve dans les choses simples et authentiques, voilà le message qu’il renvoie. Il n’aura cependant pas vécu au bord des Twin Lakes jusqu’à son dernier souffle, car il est retourné vivre à la civilisation pour ses vieux jours, en compagnie de son frère. Richard Louis Proenneke est mort il y a dix ans à l’âge de quatre-vingt six ans.

Into the Wild : the real
Sources : gizmodo.fr ; wikipedia.org.
Voir aussi : Alone in the Wilderness de Bob Swerer.