Drôles, instructifs ou envoûtants : 5 exemples de clips publicitaires créatifs

On reproche généralement à la publicité son côté envahissant, de promouvoir tout ce qu’il y a de plus superficiel dans notre société matérialiste, et pire on lui reproche les moyens financiers colossaux engagés pour ce faire. Dénoncée pour son cynisme ou l’image dégradante de la personne humaine qu’elle véhicule, il faut malgré tout reconnaître qu’elle reste une industrie très créative capable parfois de surprendre agréablement.

Je vous propose aujourd’hui de voir autrement la publicité, en vous concentrant sur la forme plutôt que sur le fond. Voici donc cinq exemples de clips publicitaires français ou étrangers, qui vous amuseront, vous informeront ou peut-être même vous envoûteront…

1. L’envoûtante : La légende de Shalimar

La légende de Shalimar – Guerlain (2013)

Il s’agit là d’un clip publicitaire de toute beauté. On est transporté dans un univers idyllique où la plupart des sens sont sollicités. Ce clip sort également de l’ordinaire non seulement pour sa durée, mais aussi pour son coût qui se chiffre en millions d’euros. On se croirait presque dans un grand moment de cinéma. Vous l’aurez compris, le but est ici de vendre un célèbre parfum. À savourer de préférence en haute définition !

Plus d’informations

2 : Celle qui fait réfléchir : Speed ad mistakes

Speed ad mistakes, New Zealand Transport Agency (2014)

On ne le dira jamais assez : mieux vaut prévenir que guérir ! Il est vrai que ce spot fait comme les autres la morale (Groland s’en amuse), mais il a le mérite d’être plus original. De plus, il faut relever qu’il joue (un peu) moins sur le pathos, puisqu’il nous épargne les cris, les couvertures blanches et tout ce qui va avec.

3 : Celle qui ramène à la réalité : Dove evolution

Dove evolution, agence Ogilvy & Mather (2006)

Il s’agit d’un vieux clip engagé où l’on voit du début à la fin un plan rapproché sur le visage d’une mannequin. Peu-à-peu, son apparence somme toute assez banale se transforme nettement sous l’effet du maquillage, et de façon beaucoup plus prononcée avec la retouche numérique. Le clip rejoint les mouvements qui dénoncent depuis plusieurs années le caractère finalement surfait des top models à la plastique parfaite qui ont envahies le paysage commercial au cours des dernières décennies.

4 : La vraie-fausse pub : Los pollos hermanos

Los Pollos Hermanos (les frères poulets), AMC (2010)

Voilà une publicité qui pourrait bien mettre vos papilles en émoi ! Il faut reconnaître qu’un soin particulier à été apporté à la réalisation de ce clip fictif, conçu spécialement pour les besoins de la série Breaking Bad.
Tous les ingrédients sont réunis pour faire une bonne publicité : une bonne pincée de nostalgie, une présentation irréprochable des condiments, un produit réputé qui serait cuisiné selon un savoir-faire familial à la fois authentique et exigeant, une musique d’accompagnement adaptée, et surtout, une voix aguicheuse qui sait mettre en appétit. On remarquera également le souci du détail avec les mentions légales qui apparaissent en bas de l’écran (Madrigal Electromotive).
C’est le genre de publicité qui aurait très bien pu être présentée dans la réalité, et quand on sait ce qui se cache derrière cette chaîne de restauration, on peut y voir une critique de la part de Vince Gilligan.

5 : La publicité drôle : « my mother said I could ! »

Ma maman m’a dit que je peux (Hansaplast), TBWA Paris (2004)

Tout n’a pas été très drôle jusqu’ici, c’est pourquoi ce cinquième point se consacre à un thème un peu plus léger avec cette fameuse publicité pour Hansaplast qui vous tiendra en haleine jusqu’au bout…
Et je ne résiste pas à l’envie de partager au passage ce très bon sketch de Coluche toujours au sujet des publicités.

Mettons donc les publicités à notre service plutôt que l’inverse : regardons-les avec esprit critique, ou à défaut, évitons-les.