Contribuez au progrès scientifique avec BOINC !

logo du projet BOINcLogo du projet BOINC

Que fait votre ordinateur lorsqu’il est allumé, mais que vous ne l’utilisez pas ? La plupart du temps, la réponse est… rien du tout ! Parallèlement, la recherche scientifique contemporaine a besoin de la puissance colossale des supercalculateurs pour interpréter des données, ce qui représente un budget conséquent. Fort de ce constat, l’université de Berkeley en Californie a eu l’idée géniale de mettre au point un logiciel libre de calcul distribué baptisé BOINC, qui profite des moments d’inactivité des ordinateurs domestiques pour les mettre à la disposition de programmes de recherche scientifiques.

« La liste des projets liés est vaste »

La première chose à faire lorsque l’on vient d’installer BOINC, c’est de rejoindre un projet. De nombreuses universités et de nombreux laboratoires de recherches ont recours à ce logiciel révolutionnaire. La liste des projets liés est donc vaste, il suffit de choisir ceux qui nous tiennent à cœur : chercher des nombres premiers, décrypter des messages codés de la seconde guerre mondiale, rechercher des signaux extraterrestres, prédire les structures macromoléculaires et leurs interactions (pour à terme trouver des remèdes au VIH, à Alzheimer, aux cancers, etc.), lutter contre la dystrophie musculaire, faire des simulations pour le LHC, étudier la fusion par confinement magnétique, etc.
Il y en a pour tous les goûts, et pour toutes les causes. Certains programmes ont été des échecs purs et simples, d’autres ne débouchent sur rien pour l’instant, d’autres encore fournissent des résultats encourageants et concrets de temps à autres. Et il y a aussi ceux qui ont été achevés.

Rosettaathome_screensaverÉcran de veille du projet Rosetta@home, qui montre la progression de la prédiction de la structure d’une protéine synthétique (Emw2012/Wikipedia)

Une fois que vous êtes inscrit à un programme, un serveur central va vous transmettre des unités, qui représentent des petites fractions du calcul global. Dès que votre ordinateur a terminé de calculer une unité, il renvoie les résultats au serveur central. Les résultats vont être comparés avec ceux d’un autre ordinateur qui a calculé la même unité, afin de minimiser les risques d’erreurs. Si la correspondance est établie entre les résultats, ils sont alors validés et des crédits vous sont attribués pour vos statistiques.

En général, lorsque les résultats finaux sont concluants, les directeurs de recherche en informent les participants par un message. Il arrive parfois que certains internautes soient cités comme coauteurs dans des articles scientifiques lorsque les calculs qu’ils ont effectués sur leur ordinateur sont à l’origine d’une avancée majeure. Ainsi, un profane intéressé par un sujet scientifique quelconque peut s’impliquer dans la recherche autrement qu’en ouvrant son portefeuille. Plus il y a de participants à un projet, plus la recherche avancera vite, et j’aime beaucoup cette idée.

« Un profane intéressé par un sujet scientifique quelconque peut s’impliquer dans la recherche »

Le logiciel est prévu pour ne pas vous déranger lorsque vous utilisez votre ordinateur, aussi, vous ne devriez normalement pas ressentir de ralentissement. Il suffit de le configurer convenablement au départ pour qu’il se gère une bonne fois pour toute. Votre processeur (et même votre carte graphique dans certains cas) étant beaucoup sollicité, il est recommandé de ne pas changer ses habitudes et de ne pas faire fonctionner son ordinateur rien que pour cette tâche, pour éviter une consommation excessive d’électricité. D’autre part, aucun problème lié à la sécurité n’a été reporté en 11 ans d’existence.

Bref, voilà comment optimiser le potentiel de votre processeur au profit d’une cause louable. Grâce à vous, des laboratoires vont également pouvoir lancer des calculs plus ambitieux que ne leur permettrait un supercalculateur. C’est du sérieux, toutefois je vous recommande de bien vous renseigner sur le projet que vous souhaitez soutenir, pour ne pas avoir de déceptions. À l’heure actuelle, plus de 2 500 000 personnes dans le monde ont déjà utilisé BOINC. Mon souhait serait que le grand public s’intéresse davantage à ce sujet, et que cette pratique ne reste pas réservée à une minorité de passionnés d’informatique.

Liens complémentaires :
Installer le logiciel (disponible en français après l’installation) ; consulter la liste des projets basés sur BOINC.
– Articles relatifs au calcul distribué : Rue89, Le monde, 01net, 01net bis.