Carthago

Carthago tome 1 : Le Lagon de Fortuna« Depuis l’aube des temps l’homme est fasciné par ce qui se cache dans les profondeurs des océans… La mer est trop grande, trop grande pour l’homme ; même s’il lui consacre sa vie entière, il n’en verra qu’une infime partie et comme dans les jungles terrestres, les réalités de la vie sont plus étonnantes que les fantaisies élaborées par les écrivains de science-fiction. »

Après Les geeks que je vous avais présenté au printemps dernier, au tour de Carthago, une autre bande dessinée française, de faire l’objet d’un article. Découverte dans mon cher lycée l’an dernier, j’ai immédiatement été absorbé par les deux tomes qui composent la série, le Lagon de Fortuna (2007) et L’abysse Challenger (2009). L’intrigue se déroule de nos jours, lorsque Kim Melville, une océanographe, découvre que des créatures sous-marines monstrueuses hantent toujours les recoins inédits de la mer, alors que l’homme a perdu leurs traces depuis quelques millions d’années.

Carthago est un « thriller écologique », avec un scénario à base de haute technologie et d’enjeux politico-financiers, ainsi que de personnages mystérieux qui maintiennent le rythme soutenu de l’histoire sous la mer comme sur terre : il y a tout pour plaire ! Hélas, j’ai cru comprendre que la série était menacée à cause de difficultés financières que rencontre Les Humanoïdes Associés, l’éditeur et de relations délicates entre Christophe Bec et Eric Henninot, respectivement scénariste et dessinateur. Les choses semblent cependant s’arranger car Carthago Adventures, un spin-off, est paru récemment pour faire patienter les lecteurs jusqu’au tome 3, dont les dessins seront désormais signés par Milan Jovanovic.

La plupart des critiques vont dans le même sens : cet œuvre a un potentiel énorme. Étant du même avis, j’attends de pied ferme la parution du troisième tome annoncé pour 2013, et j’espère qu’il se hissera à la hauteur de ses prédécesseurs qui sont d’une qualité remarquable.